samedi 21 juin 2014

Première heure …


-On se parle donc dans 4 heures! 
 
C'est ainsi que se termina ma conversation avec Madame Gazon, épouse tonitruante de Monsieur Gazon duquel j'avais retenu les services pour ameublir, à l'aide d'une machine habituellement conçue pour aérer la pelouse, le "top soil" durci de mon futur jardin sauvage que je souhaitais a-b-s-o-l-u-m-e-n-t semer ce week-end.

Madame Gazon, m'ayant promis qu'elle me téléphonerait "à la première heure" samedi matin pour me confirmer si son époux avait pu louer ladite machine au centre de location qui ouvre ses portes à 7h, c'est à 8h30 que j'appris que l'aérateur était déjà parti avec un client plus matinal que Monsieur Gazon.  La bonne nouvelle, c'était qu'il y avait de bonnes chances pour qu'à son retour, 4 heures plus tard, la machine puisse venir faire le boulot chez-moi.
 
 Les heures passèrent et l'appel attendu de 12h30 ne vint pas.  Optimiste, je me dis que Monsieur Gazon avait peut-être loupé la machine une seconde fois et qu'il aurait sûrement plus de chance un peu plus tard dans la journée.

Lorsque 17h00 sonna le glas de l'ameublissement de mon terrain, mon optimisme s'évapora, comme mon projet de cocher sur ma liste "ensemencer le terrain". 

Déterminée, je me mis à chercher une solution, pas trop éreintante, pour ameublir cette terre compactée et pouvoir être en mesure de semer avant lundi.  Quelque chose d'assez lourd, mais pas trop.  Un truc qui gratterait le sol durci sans le labourer.  Et voilà que je trouvai la solution derrière la remise de Grande-Sœur et Bôf Adoré.


C'est ainsi qu'après 2 heures d'aller-retour dans tous les sens, et la promesse de mollets d'enfer, j'ai un bel espace de 3800 pieds carrés qui sera ensemencé demain matin …  à la "première heure"!

dimanche 28 juillet 2013

mardi 16 juillet 2013

Quelques livres en trop ...


Je m'en étais confiée à mes amies; ce surplus m'excédait. De mois en mois, d'année en année, je les accumulais. Au début, on ne les voit pas trop, peut-être parce que leur stockage se fait à un seul endroit. Puis, un beau jour, on constate que ça déborde ici et là et on peine à les contenir, au point où on se demande si on ne devra pas transformer sa garde-robe en quelque chose de plus pratique, histoire de ne pas les voir s'étaler sans pudeur. Tout ça durait depuis trop longtemps et commençait à peser lourd, comme une charge inutile qu'on transporte sans but.

L'élément déclencheur se produisit il y a quelques semaines par le biais de Facebook; en haut à droite sur ma page d'accueil, quelques mots attirèrent mon attention. En cliquant sur le titre, je découvris ce qui allait faire pencher irrémédiablement la balance du bon côté.

Ce sera dans mon village natal, grâce à l'initiative de citoyens allumés et enthousiastes, que je pourrai enfin me délester de mes quelques livres en trop.

Bravo et bon succès au Comité des loisirs St-Maurice de Dalquier et particulièrement à Leslie qui permettra à une partie de ma bibliothèque de se retrouver dans la leur, et à l'auteure de ces lignes de continuer à se livrer à quelques excès, sans culpabilité aucune …

mercredi 3 juillet 2013

Lune de miel ...


En feuilletant un de mes magazines préférés, mon regard fut attiré par une publicité.  Elle me rappela un ami, un artiste unique, débrouillard et combien inspirant.  Elle réveilla le souvenir d'un parfum presque tombé dans l'oubli et que m'avait fait découvrir cet ami par le biais des produits qu'il fabriquait alors.  C'était en Estrie et nous en avions rempli notre boutique

J'ai perdu de vue l'ami Indra, mais j'ai retrouvé ce parfum inimitable par le biais d'une sympathique entreprise de Tingwick, nommée Chand'Miel

Vous voulez voir ce que Carl, artisan et propriétaire m'a fait parvenir aujourd'hui?


J'ai bien l'impression que c'est le début de ma lune de miel avec Chand'Miel...

lundi 24 juin 2013

Ma St-Jean à moi …



Vous vous souvenez de ce que vous faisiez le 24 juin 2011? Malgré ma mémoire sélective et ma notion du temps détraquée, je me rappelle parfaitement ma St-Jean d'il y a 2 ans. Fraichement parachutée dans un Nunavik jusqu'alors inconnu, je tentais de me faire à cette curieuse planète qu'était pour moi Kuujjuaq.

Profitant d'une journée particulièrement radieuse où la menace des moustiques piqueurs n'était encore qu'une fable, j'avais décidé d'aller faire une randonnée à l'ouest de mon quartier appelé "en haut". De son coussin préféré, Mimi s'était désistée, arguant les buissons rabougris qu'il lui faudrait traverser. J'étais donc partie d'un bon pas, impatiente de profiter de la chaleur qui, j'allais l'apprendre, n'était pas toujours au rendez-vous dans ce coin de pays lové contre la baie d'Ungava.

Je n'avais parcouru que quelques mètres lorsque …

- Oh oui, oh oui!!! Une balade, une balade! Toi et moi! Oh oui! Oh oui! Viens je vais te montrer par où passer! Vite, vite! Oh oui!

... une chienne noire avec une patte presque entièrement blanche m'avait abordée avec beaucoup d'enthousiasme, vraiment beaucoup. Elle m'avait fait la fête, me précédant, disparaissant au loin pour revenir l'instant d'après chercher une caresse, avant de repartir de plus belle.

Heureuse de cette rencontre impromptue, je m'apprêtais à délaisser le sol compacté de la rue pour la mousse spongieuse de la lande lorsqu'une deuxième amie qui habitait le secteur, intriguée par les va-et-vient de ma noire compagne, se joignit à nous.

Après une longue balade, une presque mésaventure, un bain de boue et une multitude de photos croquées ici et là, nous avions fait une pause bien méritée sur un des petits butons rocheux disposés en cercle et que j'avais baptisés la "Marmite aux Fées".




L'endroit, la douce chaleur et la présence de mes nouvelles copines conféraient à ce moment quelque chose d'un peu irréel, de presque magique. Je me souviens très bien des mots que j'avais alors adressés à l'énergique chienne noire qui était venue s'étendre près de moi:

 
- Toi, tu es tellement adorable, que je t'adopterais sans hésiter…



Vous connaissez la suite.

Il y a maintenant 2 ans que la vie de Blandine et la mienne sont liées. Ma belle princesse Nunavimmiute s'est adaptée instantanément à sa nouvelle condition de chien sudiste et a su conquérir bien des cœurs par sa gentillesse et l'amour débordant qu'elle voue aux humains.

Depuis le 24 juin 2011, la fête de la St-Jean représente plus que la fête de mes compatriotes, plus qu'un congé chômé et beaucoup plus que les feux d'artifice qui ont illuminé le ciel de Saint-Sauveur hier soir. La St-Jean est maintenant synonyme d'une belle histoire d'amour et la preuve que des mots prononcés avec sincérité peuvent devenir réalité… surtout s'ils sont formulés au cœur d'une Marmite des Fées…



Bonne St-Jean, bonne fête Nationale, bon anniversaire ma Blandine!


samedi 19 janvier 2013

Samissam ...


En parcourant les albums-photos de Chiots Nordiques, j'avais été séduite par cette maman à la fourrure brune.

J'ai voulu partager avec vous son histoire.

mardi 15 janvier 2013

Bouddha de Kawawa ...

.
Je sais, je me fais rare.

Si je n'ai aucun problème à parler pour ne rien dire, j'ai plus de réticences à écrire lorsque je n'ai rien à raconter.

Mais, ceci pourrait changer puisque l'équipe de Chiots Nordiques m'a tendu la perche afin que je reprenne la plume. Je vous invite donc dans cet univers remarquable où l'impossible perdit une syllabe.

Il se pourrait alors qu'en chemin, vous ayez envie de faire la connaissance de Bouddha, un vieil ami de Kawawa. Vous le trouverez juste ICI.