samedi 6 février 2016

Un week-end animé ...

... selon Blandine!



Avec Dartagnan et Tocson.

lundi 25 janvier 2016

Jour d'anniversaires ...



Si Maman ne vous avait pas quittés le 25 décembre dernier, c'est son 90e anniversaire que nous aurions souligné aujourd'hui.  Grande sœur aurait partagé son gâteau, puisque sa naissance fut un des plus précieux cadeaux de fête qu'une mère puisse espérer: une première fille.

En ce jour d'anniversaires et en souvenir de celle qui nous a tant inspirés, je partage l'hommage qui lui fut rendu.


La dernière page d'un long et beau chapitre a été tournée  
Mais l'histoire de son héroïne résistera à l'oubli                    
Et à travers nos mémoires apaisées
Elle nous guidera au fil des manuscrits de nos vies

Mère non conventionnelle, débrouillarde et généreuse
Portant comme une armure ses forces et ses failles
On se souviendra d'elle comme d'une infatigable bâtisseuse
Qui aura dignement tout sacrifié pour remporter ses batailles

Sa vie aura été parsemée d'embûches et de victoires
De colossales réalisations et d'incommensurables pertes
De défis relevés à bout de bras, à bout d'espoir
Et de tempêtes traversées, sans jamais se soumettre

Femme déterminée, courageuse et inspirante
Elle nous aura transmis l'envie de faire mieux
De ne jamais baisser les bras, même dans la tourmente
Et de poursuivre nos rêves, même les plus fous, les plus audacieux

Nous ne te disons pas adieu, mais au revoir
Puisqu'on te reconnaîtra dans un sourire bienveillant
Dans la similitude bouleversante d'un regard
Fugitifs souvenirs qui nous rappelleront que nous t'aimions tant.

lundi 28 décembre 2015

Adieu Maman...


Notre mère bien-aimée, pilier de la famille, nous a quittés le jour de Noël. Si plusieurs de nos proches ont été avisés, la date des funérailles, elle, vient tout juste d'être arrêtée. Par conséquent, cousines, cousins et amis de la famille,  je vous serais reconnaissante de partager le lien ci-bas et de transmettre l'information à ceux et celles de votre fratrie qui n'ont pas de profil Facebook.  En cette période difficile, vous me pardonnerez du délai à répondre à vos messages.  Merci beaucoup.



La mort n'est qu'un passage.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.
Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.
Continuez de rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez ou ne priez pas. Souriez, pensez à moi.
Le fil n'est pas coupé. Je ne suis pas loin. Juste de l'autre coté du chemin.


(Charles Peguy)

samedi 24 octobre 2015

Corridor de sécurité ...


L'extase, selon Blandine?  Pouvoir enfin mettre sa truffe inquisitrice dans le pelage sur la peau de soie d'un minou presque coopératif et nu...
















 


Après cette expérience haute en émotion, le clan a décidé unanimement qu'un corridor de sécurité s'imposait.

Voici nos amis d'un jour:  Petra la Chihuahua et Vlad le Sphynx.

 

 

dimanche 18 octobre 2015

Tomber sous le sens ...

La fée de l'orientation s'étant visiblement égarée dans la ruralité de mon Abitibi natale, ce n'est pas sur mon berceau qu'elle s'est penchée à ma naissance.

Heureusement, sa consoeur, spécialiste en "timing" n'a pas lésiné...

Samedi:  journée parfaite pour s'attaquer au fauchage du trèfle
 qui avait poussé serré dans le grand Jardin.


D'ailleurs, nous n'étions pas trop de deux pour abattre la besogne...


... et un peu plus de 4 heures furent nécessaires pour transformer
mon Jardin d'Eden en jardin d'automne...


... avant la journée fatidique du premier gel.


La nuit dernière, le mercure est tombé sous la barre du 0;  si c'est pas le sens du timing...

dimanche 13 septembre 2015

Le bonheur en berne ...


Vendredi prochain, j'irai me recueillir à l'Église Sainte-Rose.  Si les cathédrales sylvestres m'émeuvent davantage que celles des hommes, mon cœur déserté trouvera peut-être un certain réconfort en écoutant les chants et les louanges qui retentiront entre les murs de pierres.

J'y serai entourée de parents, d'amis, d'anciens collègues, de clients et de fournisseurs, tous encore sous le choc d'un départ tout aussi subit qu'inimaginable, tant celui dont nous célébrerons la mémoire était  rieur, passionné et débordant de projets excitants.

C'est en septembre 2014 que notre collaboration avait débuté, quelques mois seulement après la réalisation de son rêve d'ouvrir une boutique-atelier à Saint-Sauveur, notre ville d'adoption à tous deux.  Nous avions rapidement sympathisé et, à ce moment, je ne savais pas encore qu'il détenait la clé qui devait me permettre de quitter cet emploi qui barbouillait ma nature et ma joie de vivre depuis plus de 2 ans.

D'abord quelques heures, puis quelques jours amputés à mon premier emploi et nous avions convenu que le temps était venu pour moi de faire le saut, même si nous reconnaissions que le parachute n'était peut-être pas à toute épreuve.  C'est ainsi qu'à la fin d'avril dernier, je m'étais offert LE cadeau d'anniversaire: l'annonce à mon employeur principal que je quitterais mes fonctions d'adjointe administrative avant le prochain Noël ou dès qu'il aurait trouvé à me remplacer, afin que je puisse épauler mon complice couturier dans son projet d'expansion.

Nous avions bon espoir que ce serait une réussite;  sa passion, son charisme, sa folie et nos expériences complémentaires allaient faire de ce rêve, un fantasme réalisé.  De son côté, des négociations allaient bon train pour le déménagement de l'atelier-boutique dans un local plus grand et prestigieux en plein cœur de l'effervescence de Saint-Sauveur;  du mien, j'avais réussi à recruter celle qui prendrait ma relève chez mon employeur principal et qui me permettrait, non seulement de consacrer plus de temps à la couture, mais aussi à la création d'une minicollection réclamée par notre clientèle.

Nous en étions là, mercredi dernier le 2 septembre, lorsque je suis allée lui livrer une robe de chambre que je venais tout juste de terminer; nous avions échangé sur nos préoccupations familiales et domestiques, il m'avait montré le contrat laborieux sur lequel il s'échinait et je lui avais raconté le dernier prototype sur lequel je travaillais.

C'est en fin d'après-midi, lundi le 7 septembre, à mon retour d'un court séjour en Abitibi, je j'appris que Sylvain Labelle, mon complice, mon confident, mon "Boss préféré" et mon co-rêveur avait subitement perdu la vie.

Malgré mon bonheur en berne et un cœur rempli du vide de ton absence, je te promets Sylvain que je me retrousserai les manches et que tu seras fier de moi.  Je te fais la promesse qu'après t'avoir pleuré, je trouverai la force de me réinventer un rêve, même si la déchirure provoquée par ton départ sera bien longue et difficile à raccommoder…




Mes pensées vont à ton amoureux Peter, à ta maman Annette, à ta fratrie ainsi qu'à tes "filles" Doris et Athéna qui guetteront ton retour, jour après jour…

vendredi 21 août 2015

Aux petits oiseaux ...

Tout droit sortis de mon atelier aujourd'hui!


Trois mignons tabliers réversibles avec poche (sur les 2 côtés), modèle "Jardinière" pensé et dessiné par mon non moins mignon sympathique comparse Sylvain.



 Vous pourrez les trouver à sa boutique de Saint-Sauveur, au 105 de la rue Principale.