lundi 24 mars 2008

En découdre...


Découseur: Petit instrument plus ou moins sympathique mais très utile à une designer qui, en ce magnifique lundi de Pâques, alors qu'elle assemblait le prototype d'une robe de bal promise à la gentille ado de sa couturière préférée (et unique...), avait la tête ailleurs que sur ses deux épaules.

Il aura servi une première fois pour découdre le voile froncé qui fut posé à l'envers du corsage au lieu d'être cousu sur l'endroit.

Puis une deuxième fois pour séparer les pièces du corsage dos, de celles du devant, qui auraient dû attendre que la pièce de voile ait été fixée, avant d'être assemblées.

Et une troisième fois lorsque ladite designer s'est aperçue, évidemment à la toute fin, que seulement 2 des 4 panneaux de la jupe du dos avaient été assemblés. Ce qui, par le fait même, expliquait pourquoi le corsage s'était avéré curieusement trop grand et que, la même designer pour le moins distraite, avait dû recouper les extrémités du corsage pour qu'il soit de la même largeur que le haut de la jupe. Heureusement les deux petits bouts précédemment amputés furent retrouvés et ont pu être recousus pour donner au corsage sa bonne dimension.

La morale de cette histoire: toujours avoir un découseur à portée de main lorsqu'on oublie, trois jours de suite, de prendre ses capsules de Ginkgo Biloba dont une des propriétés est de favoriser la concentration d'une designer qui a la tête ailleurs.

1 commentaire:

P'tit Yop a dit…

Le fait d'être tête en l'air cela arrive à tous mais c'est vrai que le découseur est un ustensil utile