mercredi 21 janvier 2009

Intérêt à composer…


Voilà trois jours que je bosse sur un texte important. Une lettre en fait. Pour offrir mes services ou ma collaboration. Elle doit être concise tout en dévoilant clairement son but, enfin, le mien. Surtout, il faut qu'elle suscite l'intérêt de celui, celle ou ceux qui la liront. Parce que les gens à qui elle est destinée, sont des personnes très occupées qui en ont vu d'autres. D'ailleurs j'imagine qu'ils doivent recevoir des missives comme la mienne chaque jour, et plus d'une, assurément.

Alors comment faire pour qu'au premier paragraphe, sinon au second, ils aient envie de poursuivre la lecture de ma lettre? Qu'ils aient le désir irrésistible d'en savoir d'avantage? Je devrai être habile, choisir mes mots, attirer leur attention, les surprendre! Facile? Pas autant qu'on pourrait le croire…

D'ailleurs, en trois jours, tout ce que j'ai réussi, c'est à aligner des phrases qui, si elles sont formulées différemment, veulent néanmoins dire la même chose. Seulement pour l'entrée en matière, j'hésite entre six formulations. Et je peux vous l'avouer, aucune ne me transporte de fierté ni de joie. Les voici:

-Permettez-moi de vous proposer ma collaboration (participation?)…
Hum, ça fait un peu prétentieux, non? Comme si je leur faisais une faveur.

-Il me fait plaisir de vous proposer…
Banal. Très banal.

-C'est avec plaisir que je vous propose ma collaboration; …
Je n'aime pas la sonorité du "que je".

-C'est avec beaucoup de plaisir que je vous propose…
Le "beaucoup" ne change rien à la sonorité.

-Il me plairait sincèrement de collaborer avec votre équipe.
Celle-ci me plait bien. Enfin, je crois… euh, je ne sais plus…

-C’est avec un réel plaisir que j’aimerais vous proposer ma collaboration…
Mauvaise sonorité et aimer au conditionnel? Non, pas du tout.

Et ça se répète pour les 4 ou 5 paragraphes qui composent le premier jet de ma lettre de présentation. Car après le préambule, il me faudra, au 2e paragraphe, mettre l'emphase sur ma passion. Ensuite, au 3e, je les aviserai que je joindrai à l'envoi, certains documents. Puis, au cours du 4e, je les assurerai que ce sera une joie immense, incommensurable, bref, que je trépignerai de bonheur si, par chance, ils désiraient s'entretenir avec moi. Évidemment, mon ton réservé ne devra rien n'y laisser paraître, ou presque. Il ne faudra surtout pas que j'aie l'air de quémander du travail, mais plutôt donner l'impression d'être au-dessus de ces préoccupations mineures que sont celles de mettre du tofu sur la table.

Pour terminer, il me faudra conclure joliment. Trouver une formule originale et à mille lieues des vieillottes et réchauffées "je vous remercie de votre attention…" ou encore "veuillez agréer …". Et ça, ce n'est pas aussi simple que ça en a l'air. Oh que non…

Misère, et dire que je croyais que ce serait "giga-facile" de composer cette toute petite lettre de présentation! J'ai intérêt à m'y remettre, et tout de suite!

2 commentaires:

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

Vraiment j'admire ton perfectionnisme, ta persévérance, ton application et implication dans tout ce que tu entreprends...Je te lève mon chapeau de "plumes", ma Bonne Fée...

Contes de Fée a dit…

Hé bien, c'est gentil ça. Mon perfectionnisme est parfois considéré comme un défaut.

Mais bon, je m'assume... et je retourne à cette sapristi de lettre!

:O)