dimanche 29 novembre 2009

Gagner du temps ...



Tout à l’heure, j’essayais de me rappeler depuis combien d’années je n’avais pas eu du temps à dilapider comme d’autres, de l’argent. Par là, je n’entends pas la possibilité de choisir, pour une journée ou deux, de reporter des tâches jusqu’au lendemain. Non, ce que je veux dire, c’est d’avoir vraiment du temps pour la simple raison que rien dans les petits travaux à faire, n’est urgent. Malgré ma longue liste de trucs que j’aimerais accomplir un de ces quatre, rien n’est absolument impératif. Bon, disons presque rien. Il y a bien les fenêtres du solarium que j’aimerais laver puis, avant Noël, deux nappes à confectionner. Sinon, le placard de l’entrée pourra bien n’être repeint qu’au printemps, l’absence de décoration dans la chambre d’invités ne les empêchera pas de dormir et personne ne se doutera que le rideau de la chambre de Jules ne tient à la tringle que par des épingles au lieu d’une couture.

Ce temps libre est nouveau pour moi car, depuis 1995 alors qu'avec Ex j’avais acquis la petite maison rouge à North Hatley, les travaux s’étaient succédés année après année. Malgré certains qui furent exécutés au fil du temps et plusieurs durant la dernière année, il m’en restait encore beaucoup à faire au moment où je la vendis à Paule.

Dans ma nouvelle maison à Saint-Sauveur, rien de majeur n’était à faire mis à part la peinture intérieure et ce fut fait par une équipe de professionnels sans quoi, ma foi, j’y serais encore. Il n’y a aucun cadrage de fenêtre ou de porte à tailler et à fixer, aucun plancher à sabler et à vernir, aucune isolation à refaire, ni autre rénovation fastidieuse à entreprendre. RIEN mais absolument RIEN n’est à réparer ou à retaper. Vous savez quoi? Cela me fait un peu étrange et j’avoue que je ne suis pas encore habituée à tout ce temps libre. Bien sûr, dès que la clientèle fera le pied de grue devant la porte de mon atelier, il m’en restera moins, mais n’empêche, j’en aurai encore davantage que je n’en ai jamais eu depuis 1995. Cool hein?

Alors, d’ici les prochains mois, entre les ratures que je ferai sur ma liste de choses à faire, je devrais trouver le temps de poursuivre mes études en création littéraire, de tailler mes crayons de couleur, de brancher mon imprimante photo et celui de continuer à venir vous raconter ce qui se passe dans l’univers de mes Contes de Fée.

N’est-ce pas ce qui s’appelle prendre du bon temps?

3 commentaires:

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

"Gagner du temps..."
"Le temps c'est de l'argent..."
Dis donc: tu vas finir par vivre dans l'opulence!...
Curieusement, ici aussi,je suis en pénurie de liste donc en abondance de temps... et comme le temps c'est de l'argent... eh bien... on pourra en profiter pour voyager??? (sur ton balai magique, bien sûr)

Contes de Fée a dit…

D'accord! Surtout que mon balai en est un à deux places!

Hum... la campagne française, ça te dit? Ou le Lake District en Angleterre?

:O)

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

J'aimerais bien la campagne française et ses champs de lavande... As-tu pensé à tous les bricolages que tu pourrais faire?...