lundi 2 novembre 2009

Souvenirs du passé...


Comme si c’était mon anniversaire, Noël ou la pendaison de crémaillère inaugurant ma nouvelle demeure, on m’offrit récemment trois magnifiques cadeaux, de réelles surprises, des trésors.

Les deux premiers me furent remis vendredi dernier par une étonnante mère supérieure campée derrière le comptoir de Poste Canada. Face à face dans un nid de caoutchouc-mousse et recouverts de plusieurs épaisseurs de papier Kraft, ils attendaient depuis quelques jours que je les réclame. Si, ayant été atteinte de cécité temporaire, je n’avais pu être en mesure de reconnaître l’écriture sur le colis, la provenance, elle, m’aurait mis la puce à l’oreille.

Dans mon esprit, il ne subsistait aucun doute quant à la nature du contenu du paquet, toutefois j’étais à des lieux de me douter de la surprise qu’il cachait dans ses entrailles de fibres végétales. C’est donc fébrile que je défis l’emballage, m’attendant à quelque chose de mignon comme l’étaient les amusantes peintures de chats ou encore les marrantes corneilles qu’avait peintes pour moi mon amie Josée-Ninon.

Cependant, cette fois-ci, ce n’est pas un sourire qui me vint, mais des larmes, plein les yeux. Cette amie, tatoueuse respectée dans un patelin pas très loin de Montmagny, possède un immense talent que longtemps je lui enviai : elle dessine et elle peint avec une facilité déconcertante.

Si le premier dessin, un portrait de moi, me fit énormément plaisir, c’est le second qui m’émut au plus haut point. Josée-Ninon avait reproduit une photo de notre ami commun, Ubald, qui avait été prise dans le légendaire Bar Amos alors qu’il n’avait pas l’âge d’y être. Ce cliché le montrait tel qu’il fut toute sa vie, heureux, tripeux et confiant… jusqu’à ce qu’un cancer vienne nous l’enlever il y a quelques années.
.


Mon troisième cadeau arriva dimanche, à l’arrière de la voiture de ma cousine Diane qu’accompagnait sa sœur Nicole. Elle me l’avait promis, il y a deux ans, lorsque Grande Sœur et moi étions allées souper chez elle. Ce n’est pas qu’elle voulait vraiment s’en départir, car il a une grande valeur sentimentale, mais à cause de l’exiguïté de son appartement, elle avait été contrainte de le placer dans sa salle à manger où il n’était pas à l’honneur.

Son histoire est pourtant semblable à celle de bien d’autres de son époque. Mais ce qui le distingue, c’est qu’il vécut de longues années chez cette tante que j’adorais et qui nous quitta avant que je puisse lui faire mes adieux. En le regardant, on voit à quel point il fut utile, combien il a travaillé. Son corps en garde les marques et l’usure, souvenirs indélébiles laissés par celle que je chérissais.

Chez moi, ce trésor à la patine authentique côtoie maintenant cette gracieuse dame qui, malgré qu’elle n’ait pas son grand âge, a vu, comme lui, le temps passer, les modes se succéder.
.


Ces cadeaux aux valeurs inestimables ont amené avec eux tout un lot de souvenirs qu'il me sera doux de faire revivre, le temps d'un regard, le moment d'une caresse...

.

2 commentaires:

Mona a dit…

2 novembre - contes du passé
Ma chère Sally j'ai eu le plaisir de te lire ce soir grâce à une amie qui m'a demandé récemment si je te connaissais... quelle question... Des tas de souvenirs me sont revenus et surtout ce soir avec ce texte. Ubald je ne savais pas qu'il nous avait quitté. J'ai perdu de vue beaucoup de gens déjà lorsque je restais là-bas et encore plus maintenant que je demeure en Outaouais (Gatineau). Félicitations, j'ai grand plaisir à constater que tu as toujours un talent artistique fort développé.
Mona Duchesne, j'espère que tu ne m'as pas oubliée...

Contes de Fée a dit…

Chère Mona,

Outre nos prénoms peu communs, nous partageons le fait d'être nées dans le même village, d'avoir fréquenté la même école primaire et secondaire, d'avoir été toutes deux entrepreneures et... d'avoir eu le même employeur!

Je réalise que dans notre minuscule village de Saint-Maurice-de-Dalquier, plusieurs d'entre nous avaient des prénoms assez rares:

Clarence, Gervaise, Ubald, Jovette, Marlyne, Mona, Sally...

C'est très gentil de t'être manifestée. N'hésite pas à venir me saluer si tu passes dans les Laurentides. Tu trouveras mes coordonnées dans mon profil.

Au plaisir de faire revivre un peu du passé en ta compagnie!