mardi 2 février 2010

Pouvoirs de séduction ...


«On ne connaît que les choses qu’on apprivoise.»
Antoine de Saint-Exupéry.


En ce qui me concerne, celui qui réussira à capter mon attention devra posséder ce je-ne-sais-quoi qui attire le regard et qui me donnera envie de le découvrir, du moins, en surface.

Pour m’apprivoiser, il lui faudra, dès les premiers mots, éveiller ma curiosité. Peu à peu, il se dévoilera, conservant une part de mystère sans toutefois me laisser stagner dans l’ombre de ses trop nombreux secrets.

Et pour vraiment me séduire, il devra me fera rire. Je craquerai pour la subtilité de ses jeux de mots, pour la haute voltige de ses phrases et pour la couleur de ses dialogues. Il lui faudra non seulement avoir du caractère, mais de la finesse d’esprit, car je lui pardonnerai difficilement d’être redondant, de se contredire ou de me raconter des histoires invraisemblables. J’en ai vu d’autres…

Je serai exigeante et n’accepterai sous aucun prétexte qu’il se vautre dans la paresse en croyant qu’une fois sous ses couvertures, je laisserai passer ses maladresses sans renâcler. S’il advient qu’il me fasse verser des larmes, je lui pardonnerai, car nous saurons tous deux que, tôt ou tard, un autre les séchera.

Je confesse qu’il m’est arrivé de me fermer d'avance, persuadée que ce serait du temps perdu. À cause de mon impatience, j’ai souvent repoussé ceux qui étaient trop lents à me conquérir ou que je soupçonnais d’être incapables de le faire. Pourtant, la semaine dernière je me retrouvai face à l’un d’eux. C’était notre seconde rencontre. Si, dès le départ, son allure m’avait séduite, rapidement j’avais douté de ses prétentions et, sans autre procès, j’avais décidé de mettre fin à l’histoire.

Les semaines passèrent et, en dépit de mon manque d’intérêt, arriva le jour où certains de mes besoins primaires réclamèrent d’être assouvis; faisant taire mes préjugés, mais sans enthousiasme, je consentis à faire un nouvel essai. Je n’allais pas le regretter.

Malgré qu’il ne soit pas le plus drôle, qu’il se contente d’être parcouru au lieu d’être dévoré, le roman léger de Lisa Lutz «Les Spellman se déchaînent» me fait passer du bon temps. Je n’irais pas jusqu’à le prescrire à mes copines, mais il me donne un certain plaisir; c’est quand même mieux que l’abstinence!

Les Spellman sont détectives de mère et père en filles. Isabel, membre du clan, nous raconte les curieuses manies de sa famille pour le moins déjantée. Au fil des pages, elle tente de percer le mystère des soudains et étranges comportements de ses parents et de sa fratrie. En souriant, je suis l’enquête qu’elle livre sur «le sujet» séduisant qui vient tout juste d’emménager dans le voisinage. Si dans les premières pages j’eus du mal à mordre à l’hameçon, à partir de la 90e, la narratrice réussit à pondre des dialogues assez divertissants.

Si je me laisse apprivoiser, page à page, je ne suis toutefois pas certaine qu’à la 460e je serai tout à fait séduite. Ça ne fait rien, la voie sera bientôt libre pour d’autres qui sauront, sans aucun doute, me faire craquer…

.

4 commentaires:

François Sobieraj a dit…

Bonjour et bravo pour votre sens du suspense !
En lisant le début de vos textes magnifiquement bien ciselés, on s'attend bien souvent à tout à fait autre chose que ce que l'on va découvrir au final.
Chapeau !

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

... Et je poursuis avec un autre bravo! J'étais vraiment suspendue à tes mots,croyant que tu avais rencontré...
Tu maîtrises bien l'écriture; je te souhaite vraiment, qu'apparaisse un éditeur qui te poussera enfin à "pondre" quelque histoire farfelue...
D'ici là, bonnes lectures!...xoxo

Zoreilles a dit…

Tu m'as vraiment eue encore une fois. J'étais sûre que tu lançais un message dans le cosmos pour rencontrer éventuellement l'âme soeur!

J'allais te dire que pour moi aussi, l'humour est un puissant facteur de séduction qui fait toujours son effet!!!

Contes de Fée a dit…

@ François:

Mille mercis. Ce que j'en retiens, c'est que la lecture de mes billets vous procure un certain plaisir. J'en suis comblée!


@ Mon Ange:

T'es un Ange, mais bon, tu le sais déjà. Merci!

Bah, on peut bien rêver (3e et 5e lignes) mais dans les deux cas, y a pas mal de concurrence!

;O)


@ Zoreilles:

Pour vrai? Hé! bien là, je suis contente.

Quant à l'humour, ça me fait craquer. Qu'il vienne d'une femme, d'un enfant ou ... d'un "prospect" pour reprendre l'expression d'une copine!

:O)