dimanche 3 janvier 2010

Un Anglais aux chaudrons ...

.
Ce fut un dimanche comme je les aime; pas de rendez-vous ni aucune obligation. Rien d’autre à faire que d’improviser ou, mieux, éviter même de le faire.
.
Quelque part autour de 7h00, je fus tirée du lit par les miaulements de Jules qui me réclamait et ce fut mon pied gauche qui toucha, le premier, le plancher froid de ma chambre. Malgré tout, une tasse de thé réussit à me réveiller et vers 9h00, si mes idées n’étaient pas encore tout à fait limpides, elles avaient néanmoins repris leur place.
.
Déclinant l’invitation de mes Anglais à les accompagner pour une séance de magasinage, je profitai de leur absence pour leur couper l’herbe sous le pied. Je sais, ce n’est pas «très gentil de moi» de leur enlever une occupation pour eux si exotique, mais ce faisant, je m’assurais d’être exemptée de la corvée du souper. En comparaison, celle du pelletage n’était pas trop cher payée.
.
Ainsi, c’est après avoir cassé la croûte d’une baguette garnie de brie fondu et de compote aux cerises acidulées et amandes (merci ma Baladine, ton cadeau fut délicieux!) que Bôf-Adoré se mit à l’œuvre. Dans un excès de politesse, j’offris mon aide pour couper les légumes, mais ayant réglé mon débit sur ultra rapide, le cuistot n’y comprit absolument rien et, dans le doute, répondit «euh… no…». Je sais, je suis assez habile dans l’art de l’échapper belle…
.
De mon poste d’observation, je peux voir l’époux de ma sœur qui s’active à la cuisinière. Dans un gros chaudron mijotent des morceaux de céleri, de poivrons rouges, jaunes et verts, des oignons, de l’ail et des tomates étuvées. Dans un poêlon, un peu de bœuf haché extra maigre termine sa vie en compagnie d’une huile d’olive de première pression. Il se fera discret et ne se mêlera qu’aux portions de mes invités carnivores. Un peu de poivre de Cayenne, du basilic et une feuille de laurier viennent d’être ajoutés à la sauce à spaghetti que Bôf-Adoré est en train de nous concocter. Ça sent drôlement bon!
.
Vous ne trouvez pas que ça commence bien l’année?
.
Bôf-Adoré, you're a sweetie!
.

3 commentaires:

Zoreilles a dit…

Quel magnifique et délicieux dimanche!

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

Dis donc? Il a un frère, ton bof-adoré???...

Contes de Fée a dit…

@ Zoreilles:

Et dire qu'il y en aura tout plein d'autres, tout aussi délicieux et magnifiques!

@ Mon Ange:

Oui, un frère jumeau. Un vrai "môssieur": marié et dans la mi-soixantaine.

Je te verrais d'avantage avec un célibataire dans la jeune cinquantaine.

;O)