vendredi 19 mars 2010

Idées reçues ...


Il était 15h15 lorsque je verrouillai la porte derrière moi pour me diriger, avec HabsfanDan, vers la Brûlerie. Depuis midi, je n’avais qu’une seule idée en tête : sortir de la maison.

Quelques minutes auparavant, j’avais terminé le dernier contrat de réparation et commencé les modifications au patron du corsage baptisé Libertine par ma cliente de Chicoutimi. Comme je l’avais espéré, après avoir reçu et examiné les échantillons que je lui avais fait parvenir, elle eut la bonne idée d’en commander une vingtaine.

Pendant que nous marchions vers le centre ville, le soleil étendait ses chauds rayons, caressant au passage les terrasses dont celle, à peine sortie de l’hiver, située à l’angle de la Principale et de l’avenue de l’Église. HabsfanDan et moi, avides d’air frais, prîmes place à l’une des deux tables de pique-nique que quelqu’un avait eu la formidable idée d’installer, faisant ainsi plaisir à la clientèle qui rechignait à s’asseoir à l’intérieur par un temps si clément.

En face de nous, les voitures roulaient au ralenti, de plus en plus nombreuses au fil des minutes qui passaient. Sur les trottoirs, des couples avançaient main dans la main ou poussaient des landaus silencieux. Parmi eux, on devinait des nouveaux venus qui semblaient heureux d’avoir eu l’idée de venir passer la journée dans le Nord. Des chiens, plusieurs, entraînaient joyeusement leur maître droit devant, s’arrêtant ici et là pour renifler le message olfactif de leurs prédécesseurs.

À notre droite, au-delà des bâtiments qui s’étendent jusqu’à l’autoroute, le mont Saint-Sauveur étincelait sous son manteau blanc et, sur ses pentes immaculées, une multitude de petits points noirs profitant de conditions de ski idéales, slalomaient et glissaient jusqu’à disparaître, sans cesse remplacés par des nouveaux.

C’est ainsi que nous avons profité de cette veille de printemps, parlant peu, mais souriant beaucoup, la tête remplie d’idées. HabsfanDan se remémorant la semaine inoubliable qu’elle venait de passer avec ses petits enfants et sa fille et se désolant qu’elle ait passé si vite. Moi, rêvant du projet de voyage avec mon amie Baladine, quelque part à la fin de l’été, imaginant les mille et une découvertes qui jalonneront notre aventure.

Cette courte halte nous permit de nous changer les idées; les tristes de ma voisine d’en haut qui trouvait son appartement bien vide après le départ des siens. Et les miennes qui, après une semaine passée à raccourcir, agrandir, rétrécir et rapiécer, avaient envie de se dépoussiérer et de prendre n’importe quelle direction pourvu qu’elle m’éloigne de l’atelier.
.
Indubitablement, cette pause ca-Fée fut la meilleure idée de la journée!

5 commentaires:

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

Bon printemps alors! Ici, il fait encore -19 ce matin... mais je laisse l'aventure m'appeler... à défaut d'une table au soleil, je vais aller marcher vers le Nord du Nord...

Anonyme a dit…

Une suggestion pour augmenter votre vocabulaire très imagé; vos skieurs... auraient pu être des mouches à descendre des pentes blanches plutôt que d'être des points noirs. Puis pour un mal de dos chronique, penseriez-vous qu'un corset soit recommandé ?
Bien entendu, je pense qu'une thérapie devra également constituer une bonne part du traitement.

Crépuscule, pour aimer écrire... et garder la santé.

crocomickey a dit…

Comme ça, t'as de la misère avec ta belle-soeur ?

:-)

Contes de Fée a dit…

@ Mon Ange:

Enfin oui, le printemps est là mais ... on annonce de la pluie mélangée à un peu de neige.

C'est quand même bon de savoir que le plus beau reste à venir!

@ Crépuscule anonyme:

Hum...des mouches sur les pentes de ski. C'est si, comment dire, singulier, que je vous en laisse la paternité.

Quant à la solution pour votre mal de dos, nul doute qu'un spécialiste saura vous conseiller.

Prompt rétablissement!

@ Crocomickey:

Euh... si près de Pâques, n'est-il pas risqué de s'exprimer en paraboles?

À moins que ... ah! oui, peut-être! Hum, non, c'est pas ça...

;O)

Zoreilles a dit…

Quelle belle journée, tu m'en as fait vivre des moments exquis.