mardi 19 mai 2009

La fin des regrets...



Depuis quelques jours, je pensais davantage à lui. C’est probablement pour cette raison que je fus surprise, en matinée, lorsqu’on me demanda de ses nouvelles. Notre dernière rencontre remontait à si longtemps. Je l’avais bien aperçu, le mois dernier, mais sans qu’il ne me voie. Il était passé sur ma rue, accompagné d’une amie; la tête haute, le pas rapide, il avait regardé droit devant. Je mentirais si je disais que cela m'avait laissée indifférente. Dès que je l’avais reconnu, mon cœur s’était serré et j’avais senti une vague de regrets m’assaillir, entremêlés d’un flot de souvenirs. Par chance, j’avais réussi à me rappeler les raisons pour lesquelles nous nous étions séparés.

Malgré tout, je sens encore son énergie bien présente et, immanquablement, lorsque je fais du rangement, je trouve des objets qui lui appartenaient. Des dizaines de photos de lui sont mémorisées sur mes ordinateurs et une, particulièrement réussie, se trouve encore sur mon appareil photo sans que je n’aie le courage de l’effacer.

Puis aujourd’hui, alors que je ne l’attendais plus, il a poussé le portillon de mon jardin. Dans son regard, je pus voir toute la joie qu’il avait de me retrouver. Ses gestes étaient empreints de fébrilité, de tendresse. Quant à moi, je n’arrivais pas à détacher mes yeux de cette apparition. Si vous saviez comme je l’ai trouvé beau lorsqu’il s’est avancé vers moi…

Soudain, comme s’il y avait urgence, il a manifesté le désir de visiter la maison, son ancienne maison. Il l’a parcourue, visiblement heureux de s’y retrouver. Lorsqu’un peu plus tard j’ai proposé que l’on retourne sur la terrasse pour profiter du soleil, il a retrouvé ses gestes, sa place favorite, comme s’il n’était jamais parti. Comme s’il n’y avait pas sept mois qu’il m’avait quittée.

Je remarquai pourtant que quelque chose en lui avait changé. Il était un peu plus distant, un peu moins câlin. Et j’ai senti, sans qu’il ne subsiste le moindre doute, qu’entre nous c’était bel et bien fini. Je n’étais plus le centre de son univers et, curieusement, ce constat, au lieu de me peiner, me soulagea. Son comportement avait réussi à balayer mes regrets, une fois pour toutes, pour ne laisser la place qu’aux heureux souvenirs.

Pixel, rebaptisé Axel, m’a rendu visite aujourd’hui, avec sa maîtresse Mélanie. Mes craintes que je lui manque, qu’il s’ennuie de son ancienne vie, ont disparu complètement. S’il était content de me revoir, de fureter dans la maison et dans le jardin, j’ai bien vu qu’il était très attaché à la jeune femme qui l’a adopté l’automne dernier.
.
C’est donc le cœur léger que je vis repartir, deux heures plus tard, un petit chien heureux à l’idée de reprendre le chemin de sa maison qui, je l’ai compris, n’était plus la mienne.

3 commentaires:

un gars a dit…

Comme vous etes drole Conte de Fée.
Vous souffrez de polygamie féminine, un amant matelas par ci, un ex, petit chien par là. Vous m'attrapez à chaque fois.

J'aime beaucoup.

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

... pour moi aussi, ça fait sept mois...

Contes de Fée a dit…

@ Un gars:

Polygamie? Ne savez-vous pas que les fées sont chastes et pures? Enfin, presque.

C'est un plaisir de vous induire en erreur.

@ Mon Ange:

Nous sommes la preuve vivante qu'on peut survivre à la séparation. Et puis, ça fait pas mal moins de poils dans le lit, hein?

;O)